Commentaires du forum

L'été indien au jardin: plantes sauvages début octobre
In QUIZ
marie-noelle.jaeger
02 nov. 2021
Vergerette annuelle ( Erigeron annuus) Famille des Astéracées Plante herbacée originaire d’Amérique du Nord, la vergerette a été introduite en Europe comme espèce ornementale dès le 17ème siècle. Bien qu’aujourd’hui elle ne soit plus commercialisée, elle s’est depuis longtemps naturalisée avec une préférence pour les milieux perturbés. A l’origine espèce rudérale, ses populations sont en pleine expansion dans les prés maigres dont elle menace aujourd’hui la flore indigène caractéristique. Impacts sur la biodiversité : La vergerette annuelle, dont l’expansion en Europe s’est longtemps cantonnée aux milieux rudéraux, est observée depuis quelques dizaines années dans des prairies et des pâturages maigres où elle représente un risque important pour de nombreuses plantes indigènes dignes de protection. Si la vergerette annuelle parvient à coloniser des altitudes plus élevées qu’actuellement, il est vraisemblable qu’elle s’hybridera alors avec des vergerettes alpines indigènes. Les risques d’une disparition du parent local restent cependant limités (différences d’habitats, autofécondation, autres niveaux de ploïdie). Aucun effet sur la santé humaine ou animale n’est connu. Impacts sur l’économie : La vergerette annuelle produit des métabolites secondaires qui inhibent la germination et la croissance des plantes qui l’entourent (allélopathie). En réduisant la compétition des autres espèces pour les ressources environnementales disponibles (eau, lumière, substances nutritives), ces composés augmentent les performances concurrentielles de la vergerette annuelle et contribuent à son comportement de plante envahissante. Cette propriété, que possèdent également d’autres espèces, a été étudiée dans le but de réduire l’utilisation des pesticides dans l’agriculture. Utilisation : Les feuilles au goût poivré sont comestibles et auraient des propriétés médicinales
0
0
L'été indien au jardin: plantes sauvages début octobre
In QUIZ
marie-noelle.jaeger
02 nov. 2021
Renouée persicaire -Persicaria maculosa : Une peste qui ne manque pas de charme Famille : Polygonaceae Origine du nom : vient du grec « persicaria » , la pêche, car ses feuilles sont allongées et pointues comme celles du pêcher et du latin « maculosa » , qui signifie « tacheté ». Autres noms communs : Pied rouge, Pilingre, Fer à cheval Allemand/ dialecte : Pfirsichblättriger oder Floh -Knöterich Indésirable des cultures :Fréquente dans les endroits dégagés et suffisamment humides des jardins, cette renouée annuelle pousse vite et beaucoup, couvrant vite les plates-bandes où elle entre en compétition avec les fleurs et les légumes qu’elle arrive à étouffer sous son opulence. La renouée persicaire est une plante annuelle, originaire d’Eurasie. De 1000 à 20 000 graines sont produites par plant. Elles demeurent viables dans le sol jusqu’à 45 ans. Habitat :la Renouée persicaire exige des sols acides, humides et riches en humus comme les cultures sarclées, les décombres, les chemins forestiers, les berges des rivières et les fossés. Plante cosmopolite jusqu’au Japon. Elle est est fréquente dans les forêts de montagne comme les Vosges. Usage alimentaire : Elle est comestible et utilisée pour relever les plats Les jeunes feuilles peuvent être consommées crues en salade mais avec modération. Un colorant jaune peut être obtenu avec cette plante et de l’alun (sulfate d’alumine). Les graines bouillies entières ou réduites en farine étaient utilisées pour faire des galettes. Ne pas oublier que le sarrasin n’est pas une céréale comme le blé mais une polygonacée comme cette Renouée persicaire. Usage médicinal : Usage traditionnel ancien. Les latins l’utilisaient pour ses propriétés vulnéraires et astringentes grâce à sa richesse en tanins. Ses composants : tanins, flavonoïdes, persicarine sont actifs comme - Expectorant, - Astringent, hémostatique (petite quantité de tanins) - Diurétique, calme la soif des diabétiques - Toux, bronchites - lutter contre les diarrhées, infections Comme toujours il faut rester prudent avant de se fier aux propriétés supposées et peu fiables de l’ancien temps et ne jamais l’utiliser à des fins thérapeutiques sans avis médical.
0
0
L'été indien au jardin: plantes sauvages début octobre
In QUIZ
marie-noelle.jaeger
02 nov. 2021
Achillée millefeuille / Achillea millefolium Elle fait partie de la famille des Astéracées. Selon la légende, son nom lui vient d’Achille, héros de la mythologie grecque au cours de la guerre de Troie. Il s’en servit pour guérir sa plaie et celle de ses soldats. D’où son autre nom : « l’herbe du Soldat ». Elle se présente sous forme de touffes de feuilles, ayant tendance à tapisser le sol grâce à ses nombreux petits rhizomes très étendus. Les feuilles sont allongées, vert foncé, découpées en fines lanières courtes. Elles dégagent une légère odeur camphrée. La floraison a lieu de juin à septembre. Les fleurs sont des capitules (fleurs sans pédoncules regroupées sur un réceptacle, exemple : la marguerite) qui forment des corymbes (les fleurs sont sur un même plan, comme une grappe aplatie). En cuisine, on pourra utiliser les feuilles pour faire des omelettes aux fines herbes. Ses fleurs parfument les crèmes et flans. Jusqu’au XIX ième siècle, elle a été utilisée pour accélérer la cicatrisation. Durant la première guerre mondiale, elle faisait partie du kit d’urgence de chaque soldat qui pouvait ainsi soigner des blessures légères. Les parties utilisées sont les sommités fleuries et leur huile essentielle. Elle possède des propriétés anti-hémorroïdaires, anti-inflammatoires, antispasmodiques et antibactériennes. En usage local, elle peut être utilisée comme traitement d’appoint antiprurigineux ou adoucissant d’affections dermatologiques et de piqures d’insectes. Par voie orale, les sommités fleuries sont utilisées en cas de troubles et douleurs digestives.
0
0

marie-noelle.jaeger

Plus d'actions